Quand l’objet media gagne ses titres de noblesse…

En Angleterre, un mariage princier est toujours un événement. Celui de la princesse Eugenie, petite-fille d’Elizabeth II, et Jack Brooksbank, le 12 octobre dernier à Windsor, n’a pas dérogé à la règle. En termes de stratégie de communication, la monarchie britannique a parié sur l’objet media, distribuant aux invités des sacs de tissu marqués des initiales des amoureux, de la date et du lieu du mariage. À l’intérieur, chaque convive y trouvait une pièce en chocolat à l’effigie du château, un magnet pour son frigo, des sablés aux pépites de chocolat ou encore une canette d’eau « naturelle ».

 

… il devient aussitôt collector !

Or, moins de 24 heures plus tard, ces goodies étaient en vente sur le site marchand eBay. Les enchères pour ce qu’un annonceur a appelé « Saisir la chance d’acheter votre propre morceau d’histoire » ont été fixé pour certains le prix de départ à 400 livres !

Ce phénomène inédit jusqu’alors, « so chocking ! » pour la famille royale, est un signe de plus de l’attractivité affective qu’exerce l’objet media sur nos contemporains.